JonateK


Voyageur sonore face à L'éternel , il aime à explorer les univers musicaux qui l'entourent. Une sorte de "Veille Electronik" dont enfant il décrypte le langage.

En 1997, il acquiert sa première platine vinyle, porté par des labels comme F.Communication, Tresors, Buch, (...). À l'époque, il officie sur quelques radios locales avec des mixs en direct. C'est aussi le temps de ses premières K7 distribuées gratuitement de-ci de-là ...

L'an 2000 hausse le ton, avec un virage Hartek-Tribe-Harkor dans l'air du temps. L'heure est Free, et les partys et prestations s'enchaînent quasi tous les week-ends. Une épopée entre ombres et lumières, dans les méandres d'une culture de la dite "Messe-Bass" où les sonorités deviennent entités.

En 2002 il co-fonde le collectif "Atipik Sound System" basé dans le secteur Gard Ardèche Cévennes. C'est dans ces années là qu'il sort et distribue de nouveaux CDs de mixs, comme "Kochon Ki Fume" ou encore "Sarkofuck". Les soirées fleurissent et se trouvent être parfois pour lui le théâtre de featuring Electro-Acoustique, le son sans cesse en ligne de mire ...

En 2007, après une grosse claque sonore et un séjour en Inde, il retourne aux fondamentaux de la Rave. Ainsi, il désyncope le rythme et revient à des sonorités plus Electro-Break, avec plus de Vie entre les basses. De là, germent des productions comme "Chaman" ou "TeluriK".

Fin 2011, peu avant la naissance de sa fille, il dévoile "Comptine", petite perle Deep-House mélodique, emprunt de tout son cœur et ses tripes. Un hymne de l'émotion et de la vie sussurée à l'oreille de sa bouture en devenir dans le ventre de sa mère ...

À l'automne 2013, il co-fonde le magazine gratuit "Underground 07", reflet de la culture Tekno Free et Rave dans son Esprit le plus viscéral et artistique. Un fanzine qui encore aujourd'hui ne cesse de grandir.

Après 3 ans resté plutôt dans l'ombre et les coulisses, il revient sur le devant de la scène avec un nouveau projet sonore : "KantiK", alliant mix numérique et séquenceur SP 505; à mi-chemin entre la Deep-House et la HarteK des premières heures, une sorte de "Hard-Deep-TeK" planante et terriblement dansante, novatrice et non-conventionnelle...

"Il était une foi en la Tekno" .

read more

Voyageur sonore face à L'éternel , il aime à explorer les univers musicaux qui l'entourent. Une sorte de "Veille Electronik" dont enfant il décrypte le langage.

En 1997, il acquiert sa première platine vinyle, porté par des labels comme F.Communication, Tresors, Buch, (...). À l'époque, il officie sur quelques radios locales avec des mixs en direct. C'est aussi le temps de ses premières K7 distribuées gratuitement de-ci de-là ...

L'an 2000 hausse le ton, avec un virage Hartek-Tribe-Harkor dans l'air du temps. L'heure est Free, et les partys et prestations s'enchaînent quasi tous les week-ends. Une épopée entre ombres et lumières, dans les méandres d'une culture de la dite "Messe-Bass" où les sonorités deviennent entités.

En 2002 il co-fonde le collectif "Atipik Sound System" basé dans le secteur Gard Ardèche Cévennes. C'est dans ces années là qu'il sort et distribue de nouveaux CDs de mixs, comme "Kochon Ki Fume" ou encore "Sarkofuck". Les soirées fleurissent et se trouvent être parfois pour lui le théâtre de featuring Electro-Acoustique, le son sans cesse en ligne de mire ...

En 2007, après une grosse claque sonore et un séjour en Inde, il retourne aux fondamentaux de la Rave. Ainsi, il désyncope le rythme et revient à des sonorités plus Electro-Break, avec plus de Vie entre les basses. De là, germent des productions comme "Chaman" ou "TeluriK".

Fin 2011, peu avant la naissance de sa fille, il dévoile "Comptine", petite perle Deep-House mélodique, emprunt de tout son cœur et ses tripes. Un hymne de l'émotion et de la vie sussurée à l'oreille de sa bouture en devenir dans le ventre de sa mère ...

À l'automne 2013, il co-fonde le magazine gratuit "Underground 07", reflet de la culture Tekno Free et Rave dans son Esprit le plus viscéral et artistique. Un fanzine qui encore aujourd'hui ne cesse de grandir.

Après 3 ans resté plutôt dans l'ombre et les coulisses, il revient sur le devant de la scène avec un nouveau projet sonore : "KantiK", alliant mix numérique et séquenceur SP 505; à mi-chemin entre la Deep-House et la HarteK des premières heures, une sorte de "Hard-Deep-TeK" planante et terriblement dansante, novatrice et non-conventionnelle...

"Il était une foi en la Tekno" .

Facebook