Dans son essai consacré à la série Game of Thrones, Stéphane Rolet avance un concept original : plus qu'une traditionnelle saga de medieval fantasy, l'adaptation du cycle littéraire de George R. R. Martin ouvrirait en réalité la voie à un genre que l'on pourrait qualifier de Renaissance fantasy. Il nous en dit plus sur ce concept, mais aussi sur l'esthétique, le caractère transgressif et l'avenir potentiel de la série.

En décembre dernier, nous avions étudié les prémices de Game of Thrones et le travail d'adaptation effectué par David Benioff, D. B. Weiss et leurs équipes de scénaristes (dont George Martin lui-même). Toujours en compagnie de Stéphane Rolet, spécialiste des rapports texte-image à la Renaissance et auteur d'un essai intitulé Le Trône de fer, ou Le Pouvoir dans le sang (Presses Universitaires François-Rabelais, collection « Sérial »), nous vous proposons aujourd'hui de passer à la loupe la dimension esthétique de la saga de HBO, souvent prompte à exprimer par l'image ce que de longs discours auraient tendance à surligner.

À quelles sources les équipes techniques vont-elle puiser l'inspiration visuelle de la série ? Comment se servent-elles de la citation indirecte pour parvenir à leurs fins ? Peut-on comparer ce travail d'adaptation à celui entrepris par Peter Jackson pour Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit ? Quelle influence peut bien avoir la simple non-fermeture d'une porte dans un monde autant en crise que celui de Game of Thrones ? Voici quelques-unes des questions auxquelles a pris le temps de répondre Stéphane Rolet. Nous vous proposons également d'aborder le caractère transgressif de la série à travers son rapport au sexe et ses représentations multiples de la femme.

Attention ! Ce podcast dévoile des éléments cruciaux de l'intrigue des quatre premières saisons de Game of Thrones. Nous vous recommandons donc d'avoir vu celles-ci intégralement avant de l'écouter.

    Podcast
    Full Link
    Short Link (Twitter)