Après avoir pris d’assaut les salles de cinéma, voilà que la bande dessinée s’attaque à nos petits écrans. La rentrée américaine regorge d’adaptations de comics (Agents of S.H.I.E.L.D., Arrow, The Flash, Gotham), et d’autres sont attendues dans les mois qui viennent. De son côté, The Walking Dead a réussi l’exploit de réunir plus de 17 millions de téléspectateurs pour le lancement de sa cinquième saison, le 12 octobre dernier.

Mais à quand remonte cette histoire d’amour entre bande dessinée et série télévisée ? Quel rôle y jouent des maisons d’édition aussi puissantes que Marvel et DC Comics ? La télévision américaine est-elle en train de marcher sur les pas du cinéma hollywoodien, au risque de perdre sa créativité ? Et la production française, dans tout ça, doit-elle s’inspirer d’un tel mode de fonctionnement ?

Pour répondre à ces questions, deux spécialistes m’entourent : Joël, scénariste et réalisateur de dessins animés, et Sébastien, directeur du développement numérique chez Glénat. Avant d’évoquer la télévision, nous profitons aussi de l’occasion pour dresser un rapide historique de la bande dessinée au format papier, qu’elle soit anglo-saxonne, franco-belge ou japonaise, et qu’elle se décline sous la forme de comic strip, de comic book, de graphic novel ou d’album de comics.

    Podcast
    Full Link
    Short Link (Twitter)