34ème Festival Banlieues Bleues, 3 au 31 mars 2017

by Banlieues Bleues

34ème festival Banlieues Bleues, du 3 au 31 mars 2017
banlieuesbleues.org

Secoués par de grands sorciers du rythme et leurs apprentis - Tony Allen et
son hommage à Art Blakey, Hamid Drake, Han Bennink, Roger Raspail, Harold
Lopez-Nussa, Pedrito Martinez, Osain Del Monte, Antonin Leymarie, …
Soufflés par le vent tout frais du renouveau - Binker & Moses, Mette Henriette,
Jameszoo, Mette Rasmussen, Naïssam Jalal, Fidel Fourneyron, Giovanni Guidi et
Gianluca Petrella, Ensemble Art Sonic, les Wolphonics de Fabrice Theuillon…
Ensorcelés par des maîtres de transes en tous genres - Bitori, Nidia Minaj et DJ
Niggafox, Ifé, Pixvae, Spoek Mathambo, Bargou 08, Islam Chipsy & Eek…
Apaisés par des magnétiseurs guérisseurs - Noël Akchoté et Mary Halvorson,
William Parker, Vincent Courtois et Les Démons de Tosca, Toumani et Sidiki
Diabaté, The Jazz Passengers de Roy Nathanson, Journal Intime…
Transportés par des agitateurs-empêcheurs de tourner en rond - Théo Ceccaldi
& Fantazio, Rémi Wildmimi Sciuto, Guillaume Aknine, Stian Westerhus, Csaba
Palotaï…
Interpelés par des maîtres du verbe et des langues - Napoleon Maddox, André
Minvielle, le Kit de Survie de Serge Teyssot-Gay, le rappeur Rocca, Asha…
Exaltés par des voix brulantes ou hypnotiques - Noura Mint Seymali, Hindi
Zahra & Fatoumata Diawara, Mélissa Laveaux, Alsarah, A-Wa …
Autant d’effets désirables pour se prêter à la fête, aux free sons jazz mais aussi
rap, funana, batida, rumba, aux mélanges les plus imprévisibles, aux dernières
vibrations acoustiques ou électroniques du Tout-Monde. 42 groupes (dont 12
créations et 7 inédits en France) au programme, et 28 nationalités représentées,
la bonne musique est universelle. On dit que la musique adoucit les moeurs, c’est d’abord une histoire de causes à effets, de réactions et d’influences à son
environnement. Loin des algorithmes, bien au-delà des frontières de genres
ou de cultures, les musiciens croient en sa force pour ouvrir les esprits, et en
apportent la preuve.
Xavier Lemettre, directeur de Banlieues Bleues

read more

34ème festival Banlieues Bleues, du 3 au 31 mars 2017
banlieuesbleues.org

Secoués par de grands sorciers du rythme et leurs apprentis - Tony Allen et
son hommage à Art Blakey, Hamid Drake, Han Bennink, Roger Raspail, Harold
Lopez-Nussa, Pedrito Martinez, Osain Del Monte, Antonin Leymarie, …
Soufflés par le vent tout frais du renouveau - Binker & Moses, Mette Henriette,
Jameszoo, Mette Rasmussen, Naïssam Jalal, Fidel Fourneyron, Giovanni Guidi et
Gianluca Petrella, Ensemble Art Sonic, les Wolphonics de Fabrice Theuillon…
Ensorcelés par des maîtres de transes en tous genres - Bitori, Nidia Minaj et DJ
Niggafox, Ifé, Pixvae, Spoek Mathambo, Bargou 08, Islam Chipsy & Eek…
Apaisés par des magnétiseurs guérisseurs - Noël Akchoté et Mary Halvorson,
William Parker, Vincent Courtois et Les Démons de Tosca, Toumani et Sidiki
Diabaté, The Jazz Passengers de Roy Nathanson, Journal Intime…
Transportés par des agitateurs-empêcheurs de tourner en rond - Théo Ceccaldi
& Fantazio, Rémi Wildmimi Sciuto, Guillaume Aknine, Stian Westerhus, Csaba
Palotaï…
Interpelés par des maîtres du verbe et des langues - Napoleon Maddox, André
Minvielle, le Kit de Survie de Serge Teyssot-Gay, le rappeur Rocca, Asha…
Exaltés par des voix brulantes ou hypnotiques - Noura Mint Seymali, Hindi
Zahra & Fatoumata Diawara, Mélissa Laveaux, Alsarah, A-Wa …
Autant d’effets désirables pour se prêter à la fête, aux free sons jazz mais aussi
rap, funana, batida, rumba, aux mélanges les plus imprévisibles, aux dernières
vibrations acoustiques ou électroniques du Tout-Monde. 42 groupes (dont 12
créations et 7 inédits en France) au programme, et 28 nationalités représentées,
la bonne musique est universelle. On dit que la musique adoucit les moeurs, c’est d’abord une histoire de causes à effets, de réactions et d’influences à son
environnement. Loin des algorithmes, bien au-delà des frontières de genres
ou de cultures, les musiciens croient en sa force pour ouvrir les esprits, et en
apportent la preuve.
Xavier Lemettre, directeur de Banlieues Bleues